Infirmière puéricultrice en PMI – ou la suite logique d’une carrière en marche

Infirmière puéricultrice : une réelle vocation.  En effet, celles (des femmes dans 99% des cas) qui occupent un emploi de puéricultrices l’ont souvent choisi par passion de l’enfant, et par volonté de faire preuve d’abnégation de guide et d’accompagner le nouveau né ou l’enfant en bas âge dans ses premiers rapport à la vie…

Après avoir suivi un cursus scolaire complet, l’infirmière en puériculture officie dans une maternité, une clinique, un hôpital, ou une halte garderie.  Cette spécialiste de la petite enfance aborde les problèmes liés au bébé et au jeune enfant sous un angle médical, mais également en embrassant les milieux sociaux culturels et familiaux sous un regard critique.  Quelles sont les possibilités d’évolution de l’infirmière puéricultrice ?  Quelles options peut-elle choisir pour grandir dans sa carrière professionnelle ?  Voici quelques pistes de réflexion.

Infirmière puéricultrice : définition et bases du métier

Avant de plonger plus en détails dans la carrière de l’infirmière puéricultrice, définissons son rôle et le cursus de connaissances dont elle dispose.

L’infirmière en puériculture est une infirmière ou une sage femme spécialisée dans les soins aux nouveaux-nés, aux bébés et aux enfants âgés de moins de 15 ans et 3 mois.  Elle a suivi un cursus d’études articulé en deux volets :

  • Une formation en école d’infirmière, sur une durée de 3 ans (ou plus rarement une formation de sage-femme, qui dure elle 5 ans)
  • Une spécialisation en école d’infirmière puéricultrice d’une durée de 1 an, divisée en cours théoriques et stages tout au long de l’année d’étude.

Le métier d’infirmière puéricultrice est donc bien orienté sur l’approche médicale de l’enfant en bas âge.  A l’issue de la formation, l’emploi est quasiment assuré pour la puéricultrice, la demande étant toujours très élevée.  Que ce soit en hôpital, en clinique ou en garderie, les jeunes diplômées peuvent souvent dégoter un emploi suite aux stages qu’elles ont effectué durant l’année d’étude.  Bien souvent cependant, la jeune diplômé débute sa carrière en tant que puéricultrice en maternité.

Son rôle, au sein de l’équipe médicale, est de

  • Veiller aux soins et à la surveillance médicale des jeunes enfants, et de leur dispenser les médicaments prescrits.
  • Prêter main forte au pédiatre lors de consultation, voire d’opérations chirurgicales.
  • Créer le lien entre le médecin, l’enfant et la famille, afin de donner une dimension plus sociale à l’équipe médicale.

Les activités de l’infirmière puéricultrice ne s’arrête pourtant pas là…

Hors du cadre hospitalier : emploi puéricultrice en PMI

De par son approche sociale de la santé de l’enfant, l’infirmière puéricultrice peut également très souvent opter, après quelques années d’expérience en hôpital, pour une réorientation au sein de l’équipe d’une PMI.  La PMI est l’instance départementale de Protection Maternelle et Infantile, et a pour but la prévention de tout problème familial ou sanitaire au sien de la famille.

L’infirmière puéricultrice en PMI joue plusieurs rôles :

  • Elle intervient fondamentalement dans la protection de l’enfant en danger.
  • Elle prend en charge l’éducation d’un enfant vis-à-vis de la médication ou du suivi d’un traitement, et lui apprend à savoir gérer un traitement ou d’une maladie.
  • Elle est à la tête d’une équipe d’auxiliaires puéricultrices ou d’aides soignants, et est responsable de la structure d’accueil des enfants en bas âges.
  • Elle est également très souvent en déplacement et en visite, se penchant parfois sur des cas plus particuliers.

Après avoir donc fait partie d’une équipe médicale en hôpital ou en maternité, l’infirmière puéricultrice peut donc opter pour l’encadrement d’une équipe, et une approche plus sociale du métier (toujours basée sur un savoir faire médical, bien sûr).  Le salaire en est alors amélioré, de par la prise de responsabilité et l’expérience acquise au cours des années d’exercice.

Infirmière puéricultrice en PMI, l’optique d’une évolution professionnelle

Même si l’expérience vient avec les années d’exercices, il est bon d’avoir un plan de carrière, ou des possibilités d’évolution.  C’est valable pour tout corps de métier : et particulièrement pour le métier d’infirmière en puériculture : car si l’on imagine parfois que l’entrée dans cette spécialisation offre des débouchés limités, c’est faussement interpréter les options offertes à long terme par la profession !

Entre les premières années ou l’expérience se forge doucement, et l’encadrement de plusieurs personnes au sein de la PMI, l’infirmière puéricultrice a le choix des armes, pour réussir une carrière très valorisante !

admin